m

Documents  | enregistrements trouvés : 1 000

O

-A +A

P Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 403 - p. 13

Le service des urgences du CH d’Eure-Seine à Évreux (27) met à disposition des paramédicaux exerçant la nuit une salle de sieste. Une pratique fortement encouragée, mais qui a mis quelque temps à entrer dans les mœurs. (RE)

sécurité patient ; Soignant ; Condition travail

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 403 - p. 9

Les tarifs des prestations d’hospitalisation pour les activités de médecine, chirurgie, obstétrique (MCO), parus le 28 février 2019, sont en progression pour la première fois, après dix ans de baisses continues. (RE)

Hôpital ; Tarification

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 240 - 70-73

En milieu carcéral, la clinique des auteurs d’homicide, de viols ou de violences graves conduit à constater que certains commettent leurs actes dans des états psychologiques particuliers du point de vue de la subjectivation et de l’intentionnalité. S’ils se savent bien les auteurs, matériellement parlant, de leurs actes, ils ont beaucoup de difficultés à se reconnaître dans leurs comportements violents et destructeurs. L’auteur explore les notions de déni et de clivage du moi, les éclairant de vignettes cliniques. Lorsque le clivage n’assure plus son rôle protecteur et se fissure, il libère des quantités massives de pulsionnalité violente désintriquée. L’acte étant commis, le clivage reprend ses droits. (RE)
En milieu carcéral, la clinique des auteurs d’homicide, de viols ou de violences graves conduit à constater que certains commettent leurs actes dans des états psychologiques particuliers du point de vue de la subjectivation et de l’intentionnalité. S’ils se savent bien les auteurs, matériellement parlant, de leurs actes, ils ont beaucoup de difficultés à se reconnaître dans leurs comportements violents et destructeurs. L’auteur explore les ...

Cas clinique ; Déni ; Clivage ; Prisonnier

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 403 - p. 10

La chaire de recherche en sciences infirmières de Paris-XIII a lancé, le 25 mars, une étude pour faire évoluer le rôle des IDE d’Ehpad et tendre vers une juste prescription d’antibiotiques. (RE)

rôle infirmier ; établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

- n° 403 - p. 14

La mission Spiadi a débuté la surveillance des infections associées aux dispositifs invasifs. Limitée aux établissements sanitaires et médicosociaux, elle vise désormais le domicile. (RE)

Infection ; Prévention ; Etablissement sanitaire

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 310 - 14-19

L’hypothermie thérapeutique est un protocole mis en place lors d’une encéphalopathie anoxo-ischémique néonatale dans les six premières heures après la naissance afin d’éviter des lésions neurologiques irréversibles. Les parents sont donc séparés de leur bébé dans l’urgence et vont vivre 72 heures d’attente interminable avant de pouvoir rencontrer réellement leur enfant. Un accompagnement psychologique s’avère alors nécessaire pour pouvoir penser l’impensable.
(RE)
L’hypothermie thérapeutique est un protocole mis en place lors d’une encéphalopathie anoxo-ischémique néonatale dans les six premières heures après la naissance afin d’éviter des lésions neurologiques irréversibles. Les parents sont donc séparés de leur bébé dans l’urgence et vont vivre 72 heures d’attente interminable avant de pouvoir rencontrer réellement leur enfant. Un accompagnement psychologique s’avère alors nécessaire pour pouvoir penser ...

hypothermie ; Enfant ; Thérapeutique

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 310 - 9

Avant-propos

Naissance ; Accompagnement

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 241 - 64-69

Avoir un rôle de proche aidant auprès d’une personne atteinte de troubles psychiques peut entrainer des conséquences délétères pour le bien-être et la qualité de vie. Or, les soins centrés sur le patient mettent peu l’accent sur ces conséquences. Il a été nécessaire de repenser le rôle de l’aidant, d’innover en termes d’accompagnement et d’oser proposer un programme individualisé indépendant du suivi du patient. Le programme Ensemble offre un soutien individualisé et bref, présenté dans cet article à partir de la situation clinique de M. Z. (RE)
Avoir un rôle de proche aidant auprès d’une personne atteinte de troubles psychiques peut entrainer des conséquences délétères pour le bien-être et la qualité de vie. Or, les soins centrés sur le patient mettent peu l’accent sur ces conséquences. Il a été nécessaire de repenser le rôle de l’aidant, d’innover en termes d’accompagnement et d’oser proposer un programme individualisé indépendant du suivi du patient. Le programme Ensemble offre un ...

ACCOMPAGNEMENT ; Aidant naturel ; Cas clinique ; Psychopathologie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 240 - 60-65

Le déni de grossesse témoigne de la nécessité pour le psychisme d’interdire l’accès à la conscience de la grossesse. C’est un mécanisme de protection actif, plus ou moins hermétique ou poreux selon les situations. Son origine est à rechercher dans ce qui s’annonce inconsciemment conflictuel ou traumatisant, dans la grossesse ou la venue de l’enfant. L’accompagnement doit prendre en compte les différentes formes cliniques, partiel ou total, simple ou compliqué, du déni. (RE)
Le déni de grossesse témoigne de la nécessité pour le psychisme d’interdire l’accès à la conscience de la grossesse. C’est un mécanisme de protection actif, plus ou moins hermétique ou poreux selon les situations. Son origine est à rechercher dans ce qui s’annonce inconsciemment conflictuel ou traumatisant, dans la grossesse ou la venue de l’enfant. L’accompagnement doit prendre en compte les différentes formes cliniques, partiel ou total, ...

Accompagnement thérapeutique ; Cas clinique ; Déni de grossesse ; Inconscient ; Mécanisme défense

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 240 - 66-69

En prison, le clinicien qui suit des détenus agresseurs sexuels est régulièrement confronté à une forme de « déni » de leurs actes. Pourtant, et malgré la « pression » des acteurs de la justice notamment pour que l’auteur reconnaisse ses actes, le but de la thérapie n’est pas la reconnaissance des actes criminels ou délictueux. Le clinicien doit être au clair sur sa posture soignante et tenter d’abord d’établir une alliance thérapeutique. Dans certains cas, s’il est habilement exploité, le déni apparaît non plus comme un frein mais comme un réel repère et un outil pour mettre en place un véritable suivi psychothérapeutique. Éléments théoriques et vignettes cliniques. (RE)
En prison, le clinicien qui suit des détenus agresseurs sexuels est régulièrement confronté à une forme de « déni » de leurs actes. Pourtant, et malgré la « pression » des acteurs de la justice notamment pour que l’auteur reconnaisse ses actes, le but de la thérapie n’est pas la reconnaissance des actes criminels ou délictueux. Le clinicien doit être au clair sur sa posture soignante et tenter d’abord d’établir une alliance thérapeutique. Dans ...

Alliance thérapeutique ; Violence sexuelle ; Cas clinique ; Groupe parole

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 241 - 36-41

Ce texte présente et détaille neuf préconisations pour accompagner les frères et soeurs d’un patient souffrant de schizophrénie. Élaborées notamment à partir d’un travail de recherche exploratoire, où tous les membres de 3 fratries ont été invités à revisiter leur histoire, elles visent à soulager la tension spéculaire dans la fratrie, ce qui peut représenter un intérêt sur le plan préventif pour les frères et soeurs et sur le plan curatif pour la personne malade. (RE)
Ce texte présente et détaille neuf préconisations pour accompagner les frères et soeurs d’un patient souffrant de schizophrénie. Élaborées notamment à partir d’un travail de recherche exploratoire, où tous les membres de 3 fratries ont été invités à revisiter leur histoire, elles visent à soulager la tension spéculaire dans la fratrie, ce qui peut représenter un intérêt sur le plan préventif pour les frères et soeurs et sur le plan curatif pour ...

Accompagnement ; Ajustement ; Appareil psychique ; Gestion des émotions ; Schizophrénie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Ah, les parents ! CALMEJANE Claire | Santé Mentale Octobre 2019 H

Article

UH

- n° 241 - 42-45

La place des familles a évolué en psychiatrie mais il reste du chemin à parcourir. L’association PromesseS s’engage résolument pour diffuser le programme de formation Profamille, afin de former les parents à la schizophrénie. À partir de quelques témoignages, cet article montre la dynamique à l’oeuvre, en particulier aux stades de l’accueil et de l’accompagnement. (RE)

Accueil ; Aidant naturel ; Evolution ; Famille ; Psychiatrie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 241 - 47-51

Comment recevoir les familles en entretien familial en psychiatrie et pourquoi ? Après avoir identifié 3 types d’entretiens (informatif, thérapeutique et circonstanciel), l’auteur propose différents repères systémiques pour la pratique de l’entretien circonstanciel : sa préparation et sa mise en place, l’accueil des participants, le déroulement, les « pièges » à éviter, les compétences à valoriser. (RE)

Entretien ; Famille ; pratique professionnelle ; Relation famille soignant

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 241 - 30-34

Une recherche a été menée à l’EPS de Ville-Évrard, en collaboration avec le CH Les Murets, pour évaluer la souffrance des proches durant la première hospitalisation d’un patient. 11 infirmières ont interrogé 168 proches de patients, selon un protocole d’entretien à trois stades de l’hospitalisation, pour évaluer leurs ressentis et besoins. Ce temps d’écoute a été apprécié des familles et débouchera sur la formalisation d’un temps infirmier dédié. (RE)
Une recherche a été menée à l’EPS de Ville-Évrard, en collaboration avec le CH Les Murets, pour évaluer la souffrance des proches durant la première hospitalisation d’un patient. 11 infirmières ont interrogé 168 proches de patients, selon un protocole d’entretien à trois stades de l’hospitalisation, pour évaluer leurs ressentis et besoins. Ce temps d’écoute a été apprécié des familles et débouchera sur la formalisation d’un temps infirmier ...

Accompagnement ; Aidant naturel ; Famille ; Souffrance psychique

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 241 - 35-41

Une enquête réalisée en 2016 pour l’Union nationale de famille et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques (Unafam) met en évidence les injonctions contradictoires auxquelles sont soumises les proches de malades psychiques. (RE)

Enquête ; ENTOURAGE ; Psychiatrie

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.

Déposer l'histoire familiale | Santé Mentale Octobre 2019 H

Article

UH

- n° 241 - 52-56

En psychiatrie, différentes modalités de prise en charge des liens familiaux peuvent être proposées au patient et au groupe familial. Il s’agit d’explorer et de permettre que s’élaborent des éléments enfouis, porteurs de souffrance. L’auteur, thérapeute familiale psychanalytique, présente le cadre théorique de ces prises en charge et des éclairages cliniques. (RE)

Accompagnement thérapeutique ; CADRE THERAPEUTIQUE ; Cas clinique ; Conflit

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 241 - 58-62

Éléonore, la trentaine, suivie en hôpital de jour (HDJ) pour des troubles psychotiques, a une présence singulière. Présente et absente à la fois, souvent en prise avec des rires dits « immotivés », entrer en lien avec elle est une gageure pour l’équipe soignante. Les entretiens familiaux vont permettre l’évocation de traumatismes et de souffrances familiales non élaborées. L’auteure explore les associations qu’elle-même et les membres de d’équipe peuvent faire, et déplie une clinique de cette écoute groupale familiale. (RE)
Éléonore, la trentaine, suivie en hôpital de jour (HDJ) pour des troubles psychotiques, a une présence singulière. Présente et absente à la fois, souvent en prise avec des rires dits « immotivés », entrer en lien avec elle est une gageure pour l’équipe soignante. Les entretiens familiaux vont permettre l’évocation de traumatismes et de souffrances familiales non élaborées. L’auteure explore les associations qu’elle-même et les membres de ...

Accompagnement ; Cas clinique ; entretien familiale

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 241 - 70-75

Les urgences psychiatriques prennent en charge la crise et débouchent bien souvent sur des soins sans consentement. L’accompagnant du patient prend alors une place capitale dans cette prise en charge. En s’associant à l’hospitalisation, il devient tiers. Or il n’existe pas de temps dédié à ces personnes, pour écouter leur vécu, expliciter le réseau de soin et les accompagner dans la prise en charge. L’équipe des infirmiers des urgences psychia-triques du CHU de Toulouse propose d’intervenir dans l’aide à ces tiers, pour soulager le vécu difficile de ces personnes, souvent dévastées par l’anxiété, la culpabilité, l’ambivalence, les représentations sociales autour de la psychiatrie. Depuis 2018, elle a mis en place et évalue un dispositif innovant de soutien aux tiers, qui comprend un entretien précoce dans les 72 heures qui suivent la mise en place des soins sous contrainte, des entretiens téléphoniques après l’hospitalisation et des groupes de partage entre aidants, sur une durée d’inclusion de 6 mois. L’objectif vise à améliorer le vécu du tiers dans le moment central d’une première hospitalisation sans consentement, ainsi qu’à faciliter le positionnement en tant qu’aidant lors du parcours long et complexe de la maladie psychiatrique d’un proche. (RE)
Les urgences psychiatriques prennent en charge la crise et débouchent bien souvent sur des soins sans consentement. L’accompagnant du patient prend alors une place capitale dans cette prise en charge. En s’associant à l’hospitalisation, il devient tiers. Or il n’existe pas de temps dédié à ces personnes, pour écouter leur vécu, expliciter le réseau de soin et les accompagner dans la prise en charge. L’équipe des infirmiers des urgences ...

Aidant naturel ; Cas clinique ; Crise ; Culpabilité ; Hospitalisation demande tiers

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 240 - 30-35

Les soignants et les médecins qui prennent en charge des patients états-limites ou psychotiques sont très fréquemment confrontés au déni et au clivage, mécanismes de défense contre des représentations insupportables. L’auteur revient sur ses notions sur le plan théorique, et les éclaire de vignettes cliniques. Il constate notamment qu’il ne sert à rien de vouloir confronter le patient à la réalité et s’interroge sur le coût et le but d’une telle opération psychique. Le clinicien doit plutôt considérer les obstacles au changement et tenter de comprendre à quoi échappe de pire un malade qui écarte tel ou tel aspect de la réalité, fut-ce de sa réalité, voire de son propre corps. (RE)
Les soignants et les médecins qui prennent en charge des patients états-limites ou psychotiques sont très fréquemment confrontés au déni et au clivage, mécanismes de défense contre des représentations insupportables. L’auteur revient sur ses notions sur le plan théorique, et les éclaire de vignettes cliniques. Il constate notamment qu’il ne sert à rien de vouloir confronter le patient à la réalité et s’interroge sur le coût et le but d’une telle ...

Cas clinique ; Déni ; Mécanisme défense ; Refoulement

... Lire [+]

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
UH

- n° 310 - 20-26

L’alimentation de l’enfant prématuré même nourri par une sonde gastrique devrait être vécue comme un moment de partage. Or l’organisation habituelle des soins et parfois la disponibilité des parents la rendent relativement passive et subie. Cependant, une alimentation entérale par sonde gastrique dans les bras des parents poussant la seringue d’alimentation à la main se révèle bénéfique pour le prématuré et ses parents (RE)

Dialogue ; Parent ; Prématurité ; Nutrition

... Lire [+]

Z